Pourtant j'etais au rendez-vous

  • Le Lys Bleu Editions
  • 2019
  • 185
  • BE
  • Udgave er ikke defineret
  • 9791037700841
0

Guide par la soif de vengeance, Edmond est pret a commettre le pire : tuer son propre pere. Edmond est decide. Il va tuer le jeune gars pour franchir le Rubicon de son enfance sordide. Et aussi parce qu'il en a enormement envie. Mais auparavant, il doit ecrire son histoire et convoquer tous les bourreaux qui lui ont pourri ses jeunes annees, afin de les forcer a comparaitre avec lui au tribunal. Apres avoir dilapide tout l'argent de son pere, et le contraindre a finir sa vie dans un etablissement sordide, il se rendra a la police.Car celui qui tient la premiere place parmi ses bourreaux, c'est son pere. Et plus il ecrit, plus Edmond se souvient de l'addition de servilite, de manipulation, de culpabilisation subies dans son coin de campagne, adroitement relayees par ses camarades et ses enseignants, jusqu'au cure.Tout est pret. Sa vengeance sera imparable.Mais parfois, il y a des grains de sable meme dans les plans les mieux elabores. Pour le meilleur ou pour le pire. Allez savoir.Un roman psychologique intense, qui traite de l'impact d'une enfance difficile sur toute une vie, et explore les difficultes liees a la comprehension et au pardon.EXTRAITSix ans. On n'a pas beaucoup de souvenirs de cet age-la. Des images, quelques moments tries, des odeurs aussi. Et des sensations. La peur du noir, la douleur des coups qui lui en rappelait une autre. Pour une fois, ce n'est pas le pere qui en etait a l'origine. Edmond s'etait debrouille seul pour se casser le bras.Comme tous les gamins de la campagne, son frere et lui adoraient monter aux arbres. Jusqu'en haut du cerisier meme, qui devait mesurer au moins cent metres dans sa memoire d'enfant. Les deux garcons grimpaient jusqu'a la plus haute branche, la ou seuls vont les oiseaux, parce que c'est la que se trouvaient les plus belles cerises qui avaient profite d'un soleil qu'aucune feuille ne venait voiler. Ils n'avaient pas peur et, en acrobates legers qu'ils etaient, ils pouvaient prendre appui sur les branches les plus fines. Bien sur, arrives en haut, ils se gavaient des fruits gorges de jus avant d'emplir leurs sacs plastiques. Il leur etait meme arrive d'y grimper un jour ou il y avait grand vent et que les parents etaient partis faire les courses. En haut de l'arbre, secoues par les rafales, ils riaient en injuriant les Dieux grecs dont ils avaient lu les noms dans un livre, se moquant d'Eole incapable de les faire tomber.A PROPOS DE L'AUTEURD'abord enseignant puis archeologue medieviste, pour finir conseiller municipal de sa ville, Jean-Denis Clabaut est auteur d'ouvrages historiques et de romans. Cette passion de l'ecriture, qui est nee dans la librairie de son enfance, l'a amene a fonder l'Association des Auteurs Du Nord qui a pour but la promotion de la lecture et de l'ecriture dans les prisons.