Une vie en Luberon

  • Magellan & Cie Editions
  • 2015
  • 200
  • BE
  • Udgave er ikke defineret
  • 9782350743509
0

Memoires d'un paysan au contact des evolutions techniques agricolesGuy Jussian est fier d'etre un paysan. Ne en 1934 dans un village au pied du Luberon, il a travaille la terre toute sa vie, sur les traces de ses ancetres. Temoin vivant du grand basculement du monde agricole, quand la machine s'est substituee aux chevaux et aux faucilles, il raconte ici son pays et livre les chroniques d'une agriculture paysanne qui donne autant qu'elle prend a la terre, de facon harmonieuse. Il confie les secrets de son metier, fait revivre les travaux d'antan et invite le lecteur a la coupe des lavandes, a la recolte des fourrages, a la cueillette des cerises, a la chasse aux truffes ou au gibier, et a la transhumance du troupeau de moutons. De l'ecole au conseil municipal, Guy relate son parcours au cA ur d'une region magnifique et d'une nature aux richesses meconnues, peu a peu transfiguree par le tourisme. Car ce livre, c'est aussi le combat d'un homme, d'un paysan, d'un maire aux idees fortes : pour la survie de la region et de ses habitants, contre le depeuplement, contre les ravages d'une societe de plus en plus urbanisee, mecanisee et inegalitaire, ou l'on fait d'abord les comptes avant de transmettre son histoire.Guy Jussian livre ici un temoignage richement documente, sur les traces de sa campagne luberonneEXTRAIT Je suis ne en 1934 a Auribeau, comme mes ancetres depuis plus de dix generations, dans ce village qui s'accroche au Luberon comme s'accrochent les paysans a ces terres maigres de nos regions.C'est en 1835 que mon arriere-grand-mere, Elisabeth Testaniere, lors de son mariage avec Frederic Jussian, quitta le village pour s'installer a Villars, ou ils fonderent une famille. Quatre enfants naquirent : une fille et trois garcons, dont mon grand-pere Louis Jussian, que je n'ai pas connu.En 1904, Louis Jussian et son epouse Marie-Louise Guigou revinrent sur les terres de leurs parents a Auribeau. Un retour aux sources avec quatre enfants aussi : deux filles et deux garcons, dont mon pere, Aime Jussian, qui n'avait alors que trois ans. Il fut scolarise au village dans l'ancienne mairie, situee audessus du four a pain. L'ecole sera installee plus tard dans le presbytere ou habitait a l'epoque le vieux cure. Aime se maria en 1926 avec Marie-Louise Clement, qui vivait dans la commune de Caseneuve. Mes deux freres aines virent le jour en 1928 et 1929 et ma jeune soeur en 1943. Nous habitions alors la ferme isolee des Plaines, dont le confort etait limite.